retrecir le texte  agrandir le texte

Déconfinement - Phase 3

Le déconfinement, lancé en France le 11 mai et entré dans une deuxième phase le 2 juin dernier, devait s’accélérer le 22 juin, pour une phase 3 programmée dans le calendrier de l’exécutif. Emmanuel Macron a décidé d’accélérer le tempo en annonçant, hier soir lors d’une courte allocution à la télévision, des mesures entrant en vigueur dès ce lundi 15 juin.

Le président a pris la parole depuis l’Elysée pour ce discours d’une vingtaine de minutes, consacré en partie seulement à cette 3e phase du déconfinement. Parmi les sujets d’urgence abordés, le passage de la carte du déconfinement en vert pour tous les départements dès ce lundi 15 juin, ainsi que la réouverture des restaurants en Ile-de-France, le retour à l’école pour tous dès le 22 juin, ou encore la confirmation du second tour des municipales le 28 juin. D’autres annonces sont venues s’ajouter à la liste ce lundi, comme la fin de l’attestation employeur annoncée par le préfet de la région Ile-de France ou des spéculations sur l’interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes. Voici les principales annonces à ce stade :

Les nouvelles mesures du déconfinement actées dès ce 15 juin !

- Carte du déconfinement  : tout le pays passe en vert ce lundi 15 juin, à l’exception de Mayotte et de la Guyane, où le virus circule encore activement. "Cela signifie une reprise plus forte du travail et la réouverture des restaurants et des bars", précise Emmanuel Macron. Ce qui implique que ces établissement peuvent ouvrir, hors terrasses, en Ile-de-France notamment.

- L’attestation employeur supprimée. Emmanuel Macron n’en a pas dit mot lors de son discours, mais l’attestation nécessaire pour emprunter les transports en commun aux heures de pointe en région parisienne devrait être supprimée à partir de ce mardi 16 juin. C’est le préfet de région qui l’a annoncé ce lundi, accédant à la demande de la présidente d’Ile-de-France Valérie Pécresse. Le secrétaire d’Etat aux Transports Jean Baptiste Djebbari avait pourtant indiqué que cette attestation resterait en vigueur jusqu’au 22 juin minimum. L’attestation nécessaire pour les déplacements de plus de 100 km a été supprimée pour sa part le mardi 2 juin.

- Dans les maisons de retraite, les visites doivent partout être autorisées annonce Emmanuel Macron.

- Les déplacements dans les pays de l’Union européenne sont autorisés à partir de ce lundi 15 juin. "A partir du 1er juillet, nous pourrons nous rendre dans les Etats hors d’Europe, où l’épidémie sera maîtrisée", ajoute le chef de l’Etat, alors que de nombreux Français s’interrogent encore sur leurs vacances et sur la réouverture des frontières.

- Le second tour des élections municipales est confirmé par le chef de l’Etat. Cela ne concerne pas directement ce lundi 15 juin, mais la décision est actée : la suite du scrutin pourra se dérouler dans les quelque 5000 communes concernées le 28 juin, comme prévu par le gouvernement depuis déjà quelques semaines.

Les mesures de la phase 3 du déconfinement, le 22 juin

- Un retour à l’école obligatoire pour tous les élèves. Emmanuel Macron a débuté son discours hier par une annonce clé : le retour dans les crèches, les écoles et les collèges dans des "conditions normales" aura lieu le lundi 22 juin. L’école redevient ainsi "obligatoire". Les lycées ne sont pas concernés et poursuivent une reprise progressive. Le protocole sanitaire devrait être adapté en conséquence a indiqué le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer. Des annonces devraient avoir lieu dans ce sens demain mardi.

- Rassemblements de plus de 10 personnes. Emmanuel Macron ne s’est pas non plus exprimé directement sur les rassemblements de plus de 10 personnes, alors que le Conseil d’Etat a suspendu hier soir l’interdiction jusqu’ici en vigueur. Le chef de l’Etat s’est contenté de dire que les rassemblements devront être "limités au maximum", précisant que ces derniers resteront "strictement encadrés". Des décisions pourraient donc être prises d’ici le 22 juin à ce sujet. Samedi, une manifestation contre le racisme et les violences policières a rassemblé 15 000 personnes à Paris.

- La prudence toujours de mise. "Il nous faudra pour longtemps encore respecter les règles de distance physique. L’été 2020 ne sera pas un été comme les autres et il nous faudra veiller à l’évolution de l’épidémie", a aussi indiqué Emmanuel Macron. "La lutte contre l’épidémie n’est donc pas terminée", ajoute le chef de l’Etat qui se réjouit tout de même d’une "première victoire contre le virus".

- Une mobilisation pour sauver le maximum d’emplois. "Il nous faut d’abord tout faire pour éviter au maximum les licenciements", a exhorté Emmanuel Macron alors que la France fait déjà face à une crise économique sans précédent liée au confinement. Il promet des concertations "avec les syndicats et le patronat", pour que "dans toutes les entreprises nous arrivions à préserver le plus d’emplois possible malgré les baisses d’activité." "Au total, nous avons mobilisé près de 500 milliards d’euros pour notre économie. C’est inédit. Dans combien de pays tout cela a-t-il été fait ?" s’est notamment interrogé le président, qui promet de ne pas augmenter les
impôts.

Retrouvez toutes les infos sur : https://www.gouvernement.fr/